Comment gérer les sorties d’un chien anxieux en ville?

Avant toute chose, on distinguera les chiots des chiens adultes. Dans le premier cas, l’anxiété en balade provient le plus souvent d’un manque de familiarisation et de socialisation. Le chiot n’a pas été beaucoup sorti lorsqu’il était chez l’éleveur ou alors le nouveau propriétaire l’a gardé à l’intérieur à son arrivée en attendant ses dernières vaccinations.

Dans le second cas, il peut bien sûr aussi s’agir d’un manque d’habituation à l’extérieur ou d’une homéostasie sensorielle faible dû à un élevage avec peu de stimulation, mais on peut aussi être face à un chien anxieux suite à une ou plusieurs mauvaises expériences vécues en balade.

L’origine de l’anxiété doit donc être recherchée avant de vouloir travailler sur le problème. Dans tous les cas, l’aide d’un professionnel est plus que recommandée afin de trouver les bonnes stratégies et de ne pas faire d’erreur. Il sera également à même de vous aider à fixer des objectifs et à ne pas brûler les étapes.

Un chien extrêmement anxieux ou souffrant d’un syndrome de privation sensorielle pourra avoir besoin d’un soutien médicamenteux pour arriver à mieux gérer son stress, se concentrer et être apte à l’apprentissage. Une consultation vétérinaire s’impose donc avant tout travail de modification comportementale. De même, si un traitement est prescrit, il faudra attendre que les effets de celui-ci se fasse ressentir. Cela peut parfois prendre trois semaines.

Avant de partir en balade, il faut s’assurer de plusieurs choses :

  • Avez-vous du matériel adapté ?

Un collier plat, large avec une fermeture solide (évitez les clips) ou mieux, un harnais (Pour un chien très vite paniqué ou présentant des risques de réactions vives, on préférera un harnais classique, parachute ou avec triple attache à un harnais de type norvégien cf dossier sur les harnais et collier). La laisse ne doit pas être trop courte, entre 1,20 et 3,00 m. Dans l’idéal, on utilisera un harnais pour les chiots et un système de double attache pour les adultes : au collier ET au harnais (éventuellement anti-traction).

La laisse et le collier ou harnais doit être en bon état.

  • Votre chien sait-il marcher en laisse correctement ?

Si votre chiot ou chien n’a jamais appris à marcher en laisse, il faut déjà en passer par là avant de vouloir l’emmener affronter le monde ! Un chien anxieux qui ne connaît pas la laisse se sentira prisonnier et sans aucune possibilité de fuite. Son stress ne fera qu’augmenter. Il faudra donc habituer le chien au port du collier ou du harnais dans la maison, puis le faire marcher en laisse à l’intérieur avant de le faire dehors.

  • Votre chien souffre-t-il d’hyper attachement ?

Si c’est le cas, les sorties devront se faire avec l’être d’attachement. Cela rassurera le chien. Par la suite, une fois plus à l’aise en extérieur, on pourra prévoir des sorties avec une autre personne de la maison.

  • Pensez-vous que votre chien présente un risque d’agressivité envers les humains ou ses congénères ?

Au moindre doute, vous ne devez pas prendre de risque et faire porter une muselière à votre compagnon. Bien sûr, le port de la muselière nécessite également un apprentissage par renforcement positif si on ne veut pas que cela soit vécu comme une contrainte pénible pour l’animal.

Lorsque l’on a un chien anxieux en extérieur, les sorties sont difficiles pour tout le monde, on a alors tendance à en faire moins, ou à les raccourcir. On tombe alors dans un cercle vicieux car le chien sortant moins, se déshabitue et devient donc de plus en plus stressé lors des plus rares sorties. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’un jeune chien.

Les promenades sont capitales pour le bien être du chien, sa stimulation et sa socialisation. Dans le cas d’un chien anxieux dehors, les balades doivent être variées (dans des endroits présentant de plus en plus de stimulations) et fréquentes. Si la présence d’un congénère le rassure, essayez d’organiser des balades avec un ou plusieurs chiens à l’aise en extérieur.

 

Quel comportement adopter soi-même?

Restez attentif aux éléments extérieurs qui peuvent être inquiétants pour votre chien. Vous pourrez ainsi les anticiper et les affronter (ou les éviter) à une distance sécurisante pour votre compagnon. Attention toutefois à ne pas être hyper vigilant au risque de transmettre votre stress à votre chien.

Assurez-vous d’être toujours prêts et capable de retenir votre chien en cas de démarrage brutal ou de réaction violente. Si besoin, utilisez un harnais anti traction pour vous y aider.

Ne fixez pas les éléments inquiétants, comportez-vous naturellement et comme s’ils ne présentaient aucun danger. Si vous voulez que votre chien le pense, vous devez en être vous même convaincu !

Rassurez le chien s’il à peur. La peur est une émotion. Une émotion ne se renforce pas contrairement aux idées reçues. En revanche, un comportement peut se renforcer (aboyer, grogner, reculer, sauter…), c’est donc là qu’il faut faire attention !

N’allez pas trop vite ! A vouloir trop en demander, vous risque de réduire à néant tous vos efforts et ceux de votre chien. Il est même possible de sensibiliser un chien en voulant le confronter à des stimuli trop importants, alors méfiance ! C’est encore plus vrai pour les chiens en période sensible, notamment durant la puberté.

Katia Maréchal, comportementaliste et conseillère en éducation canine

www.unite-comportement.fr