Le « coup de sonnette »

 

Qui ne connaît pas le « coup de sonnette » ? Dans beaucoup de clubs et pour beaucoup d’éducateurs, il constitue la base de l’éducation. Le coup de sonnette est indémodable et incontournable.

Voyez les cours traditionnels : des chiens alignés en colonnes, marchant au même pas que leurs maîtres donnant tous allégrement des saccades sur la laisse pour ramener le chien « AU PIED ! ». Au moment de mettre assis le chien, on assistera au même ballet, coup de sonnette vers le haut, souvent même avant d’avoir demandé le « ASSIS ! » (Là , on assiste à  une double incohérence puisqu’on punit le chien pour ne pas avoir répondu à  un ordre qu’il n’avait même pas encore reçu !)

Pour les éducateurs et clubs en positif, c’est un vieux démon qu’il faut bannir. Lorsque l’on travaille avec un couple « Homme-chien », les éducateurs doivent souvent faire face à ce geste, parfois appris auparavant, parfois survivant sous forme de réflexe.

Qu’appelle-t-on un « coup de sonnette » ?

Soyons clair et précis : il s’agit d’une saccade plus ou moins forte, que le propriétaire exerce sur la laisse lorsque son chien n’obéit pas (assez vite) à  une commande. Le coup de sonnette est utilisé autant pour les positions (assis, couché…) que pour la marche en laisse. Et je dirais même, surtout pour la marche en laisse.

Quel est l’objectif de ce geste ?

Infliger au chien une douleur brève sur une zone sensible et fragile du chien (œsophage, trachée, artère, veines, cervicales, glandes thyroïde et mandibulaire, système lymphatique) afin qu’il obéisse par peur de la douleur. Cela n’est pas autre chose (d’ailleurs, les adeptes du coup de sonnette vous diront que cela ne fait pas mal au chien, mais seront incapables de vous dire pourquoi cela fait obéir le chien)

2_collieretrangleuroutorcatussource site « pile poil »

En bref….

Pour le chien, le coup de sonnette est relativement lourd de conséquences malgré son apparence « gentillette ». Outre les douleurs et blessures physiques qu’il peut occasionner à  la longue, il provoque aussi un grand stress. Comment une petite saccade sur une laisse pourrait angoisser un chien ? Le chien est puni à  chaque fois qu’il adopte un comportement que l’on peut qualifier de « normal » pour lui (par exemple, marcher à  sa propre allure, aller voir un congénère, fuir quelque chose qui lui fait peur, garder sa position actuelle…) Rien que cela pose question (ou le devrait !)

Il apprend à  avoir peur de son « humain » qui devrait, rappelons-le, être et rester un référent, un être gage de sécurité, puisque c’est de lui qu’il est entièrement dépendant. D’un point de vue éducatif, il n’est plus nécessaire de prouver que la punition positive n’est pas un bon choix. (Pour rappel, la punition positive consiste à  sanctionner l’animal en apportant une réponse négative à  son comportement. De façon claire: on puni par un cri, un coup ou un mouvement désagréable le chien lorsqu’il n’obéit pas. Cela s’oppose à  la punition négative où l’on va retirer quelque chose d’agréable pour le chien en cas de mauvaise réponse)

comportement-opc3a9rant

Un animal (et plus largement un être vivant) apprend bien plus et de façon pérenne lorsqu’on adopte des méthodes d’apprentissage basées sur le renforcement positif. Les études scientifiques (et le bon sens) l’ont prouvé, mais ce n’est pas encore bien entré dans les us et coutumes. Les idées reçues et les vieilles habitudes ont la peau dure.

Malgré tout, il faut voir en ce fameux coup de sonnette, une punition positive qui n’apprend donc rien au chien. Le chien est puni lorsqu’il fait quelque chose (qui lui semble juste, rappelons-le) et ne sait toujours pas ce qu’il doit faire pour ne pas être puni.

Imaginez maintenant que vous marchiez à  côté d’un ami, que vous soyez puni physiquement (et parfois verbalement en même temps) lorsque vous faites un mouvement en avant, sur le côté droit, sur le côté gauche ou lorsque vous vous arrêtez pour regarder une vitrine de magasin. Quel serait votre ressenti ? Déjà , vous auriez un certain agacement, vous en voudriez à votre ami de vous embêter sans cesse. Vous auriez peur de lui puisque chacun de ses mouvements aurait pour but de vous faire mal sans raison. A la fin de votre sortie, vous auriez un peu mal partout, vous seriez frustré de ne pas avoir pu en profiter, et n’auriez qu’une envie, c’est de ne plus aller vous promener avec cet ami. Voyons maintenant en fonction de votre tempérament… Si vous êtes quelqu’un d’un peu sensible, de timide, de renfermé, vous allez subir ce stress, l’intérioriser. Vous allez vous résigner. Ce serait dommage et cela ne serait pas forcément sans conséquence car rappelons que le stress peut causer des problèmes de santé plus ou moins grands. Si en revanche, vous êtes quelqu’un à  fort tempérament, vous n’allez pas supporter cela bien longtemps sans rien dire. Vous allez râler sur votre ami, voire le repousser, voire vous défendre lorsqu’il vous fera mal. Si vous en avez l’occasion, vous allez sûrement aussi lui fausser compagnie pour vous promener seul. Vous serez sûrement moins agréable avec les passants que vous croiserez sur votre route, vous pourrez aussi avoir une réaction violente si l’un d’eux vous touche par inadvertance.

Pour votre chien, il en est de même. Votre chien connaît le stress, la peur, la frustration, l’irritation, la résignation….

Alors bien sûr, ce n’est qu’une petite saccade sur la laisse, mais peu à  peu la saccade, comme la plupart des punitions positives, se montre inefficace et il faut en augmenter le degré pour avoir une chance d’obtenir l’effet voulu. La saccade sur le collier ne suffisant plus, on va alors passer à  la saccade sur un collier étrangleur / sanitaire / chaîne, ensuite on passera à  la saccade sur un collier à piques / torquatus.

Aggressive german shepherd dogA quoi peut mener ce« gentil coup de sonnette » ? A rendre son chien réactif aux humains ou aux autres chiens (les punitions via la laisse sont une des premières causes de réactivité des chiens), provoquer une morsure d’irritation (le chien saturant d’avoir une douleur ) à  chaque coup de sonnette, va un jour mordre le prolongement de la laisse, à  savoir… son propriétaire) ou une morsure redirigée (le chien va mordre la première chose ou personne ou être vivant qu’il aura à  sa portée au moment où il ressentira la douleur)

 

La laisse ne devrait être qu’un lien de sécurité. Un bout de nylon ou de cuir qui sert à  respecter la loi (un chien doit être tenu en laisse dans les espaces publiques) et   garantir la sécurité de son chien (surtout en milieu urbain), des autres animaux et des personnes.

Elle ne doit jamais servir à  punir son chien.